Editorial des Présidents

Président de l’association ABAH

Jean-LUC POUYET

Président de l’association AGEPAPH

Guy BENOIT

 

Président de l’association ADSEA 03

Jacques LAHAYE

Président de l’association AVERPAHM

Christian FELICITE

Chacun peut le constater, notre pays s’est engagé dans le déploiement de nouvelles politiques de solidarité afin de
mieux protéger les personnes les plus vulnérables, et de lutter contre les inégalités sociales.

En ce qui concerne les personnes en situation de handicap, le cadre législatif et réglementaire sur le handicap est bien posé, avec toutes les lois successives depuis 1975 jusqu’à 2015. Ce cadre complexe a toutefois généré trop de fonctionnements
cloisonnés, rendant difficile la construction de parcours de vie individualisés. Les autorités de tutelle, en application de la politique actuelle, recommandent aux opérateurs du secteur du handicap de construire des solutions individualisées à partir
des besoins singuliers des personnes en situation de handicap ainsi que de leurs proches, et en concertation avec l’ensemble
des acteurs du sanitaire et social et de la société civile.

Le groupement SAGESS a su anticiper efficacement cette politique, en se réorganisant en plateformes métiers interassociatives et en développant des nouveaux services intégrés dans ces plateformes.

Aujourd’hui, il nous est demandé d’aller encore plus loin dans ce mouvement inclusif, afin d’agir plus efficacement et plus
massivement sur le quotidien des personnes handicapées et, par effet d’entraînement, sur celui des personnes du milieu
ordinaire qui partagent leurs segments de vie. Pour cela, les autorités de tutelle souhaitent que nous investissions
l’ensemble des champs de l’école, de l’emploi et du travail, du logement, de la santé, de l’accessibilité de la ville et des transports, du numérique, de l’accès aux sports, à la culture et aux loisirs.

S’agissant des personnes âgées, et en application de la politique actuelle dans ce secteur, l’enjeu est de mieux identifier
leurs besoins sur les territoires de santé, afin de construire, au niveau local, les meilleures réponses sanitaires, médicosociales et sociales. L’objectif est que les opérateurs du secteur du grand âge assurent la mission d’accompagnement de la dépendance qui leur est demandée, et non pas une simple mission de veille sanitaire.

Là aussi, le groupement SAGESS a su anticiper efficacement cette politique, en mettant en place les bons partenariats et en soutenant un certain nombre d’évolutions qui s’imposaient, tant au niveau de l’offre d’accueil qu’au niveau des équipements ou des organisations humaines. Il reste toutefois beaucoup à faire, et notamment agir pour que les établissements de la plateforme dépendance de SAGESS soient identifiés sur leurs territoires d’action comme des coordonnateurs de prévention et d’accompagnement dans toutes les dimensions, en particulier pour tout ce qui touche aux besoins de la vie quotidienne des personnes âgées, et soient également reconnus pour leur capacité à concevoir et mettre en oeuvre des dispositifs d’aide aux aidants.

Au niveau de la protection de l’enfance, il s’agit aujourd’hui de penser en termes de protection de l’enfant, ce qui ne relève pas de la simple nuance. Cela traduit clairement que l’enfant doit être placé au centre de l’intervention de la protection de l’enfance. À cette fin, la plateforme protection de l’enfance et de la famille de SAGESS propose un certain nombre de réponses complémentaires et souples, dont les plus récentes sont adaptées à des nouveaux besoins (pôle médiation et parentalité), ou permettent de traiter des problèmes très particuliers (unité́ cas complexes).Le but poursuivi est dans tous les cas d’amener un jeune à devenir le plus possible acteur de sa propre vie pour mettre en avant ses potentialités, en se dégageant d’un vécu parfois traumatisant.

Dans les mois à venir, et dans le cadre du déploiement de la stratégie interministérielle de protection de l’enfance et de l’adolescence pour la période 2018-2022, un certain nombre de réponses actuelles devront être renforcées ou retravaillées et d’autres devront être imaginées, afin de satisfaire à la demande politique qui porte sur l’amélioration des parcours scolaire ou de soins des enfants, le renforcement de la lutte contre les violences aux enfants, l’anticipation des difficultés et des ruptures dans la vie des enfants et des familles, l’accompagnement des jeunes adultes à la sortie de l’aide sociale à l’enfance, notamment pour leur insertion professionnelle.

Les nouveaux enjeux au niveau de l’accompagnement des personnes les plus vulnérables sont donc importants, et le groupement SAGESS se doit d’y répondre, d’autant plus que SAGESS est reconnu pour sa capacité à se projeter dans l’avenir et à imaginer des solutions permettant de construire cet avenir de manière durable. Ces solutions passeront obligatoirement par des nouveaux développements de SAGESS, dont beaucoup nécessiteront des connexions avec des partenaires inhabituels relevant de secteurs d’activité hors du sanitaire et social.

L’organisation actuelle de SAGESS, avec ses règles de gouvernance et de dirigeance complexes, avec le poids des normes gestionnaires qui freine au quotidien l’action sociale et médico-sociale du groupement, avec l’obligation d’un important investissement humain des bénévoles, ne permet pas d’envisager sereinement ces nouveaux développements. En effet, ils nécessiteront, pour profiter des opportunités les plus favorables dans un environnement très concurrentiel, une souplesse et une réactivité que SAGESS n’a plus forcément, compte tenu justement de son organisation.

Il nous faut donc dès à présent réfléchir à une autre organisation de SAGESS, contrôlée par les représentants de chacune des associations membres, et permettant à SAGESS de retrouver la réactivité nécessaire pour développer rapidement et efficacement des solutions répondant aux demandes d’évolutions portées par les forces politiques et administratives, ou aux nouveaux besoins exprimés par les personnes que nous accompagnons ou leurs proches.

Changer notre modèle est un nouveau challenge, mais c’est également une nouvelle motivation pour que SAGESS et les associations membres conservent leur leadership dans les dix prochaines années, et continuent ainsi à rendre le meilleur service social et médico-social sur un territoire dont les contours sont sans doute appelés à changer.